Skip to the main content
This website uses cookies to give you a better online experience. By using this website or closing this message, you are agreeing to our cookie policy. More information
Alberta Supports Contact Centre

Toll Free 1-877-644-9992

Employer bullying an employee in the storeroom
Explorer
Ressources en français
A A

Intimidateurs au travail : ce qu’il faut savoir et ce que vous pouvez faire

À noter : Certains liens peuvent mener à des pages offertes en anglais seulement.

Lorsque vous entendez le terme intimidateurs, il y a de fortes chances que vous pensiez aux enfants dans la cour d’école. Vous ne réalisez peut-être pas que les intimidateurs d’enfance deviennent souvent des intimidateurs au travail.

English

 

L’intimidation au travail est un problème grave qui peut profondément toucher la santé mentale, physique et financière de la victime de l’intimidateur (la personne ou le groupe dont l’intimidateur abuse). Le Conseil canadien de la sécurité rapporte qu’en milieu de travail, une personne sur six a été victime d’intimidation et une sur cinq a été témoin de l’intimidation d’un collègue.

Qu’est-ce que l’intimidation en milieu de travail?

L’intimidation en milieu de travail est un modèle répété de comportements négatifs visant une personne ou un groupe précis, la cible de l’intimidateur. Bien qu’elle puisse inclure des abus physiques ou la menace d’abus, l’intimidation au travail cause généralement des dommages psychologiques plutôt que physiques. L’intimidation au travail peut impliquer le harcèlement sexuel et la discrimination.

Parce que l’intimidation au travail est souvent psychologique, elle peut être difficile à reconnaître. Les formes d’intimidation les plus nocives sont généralement subtiles plutôt que directes, et verbales plutôt que physiques.

L’intimidation au travail implique souvent un ou plusieurs des éléments suivants :

  • Grossièreté et hostilité, et manque de respect envers la victime
  • Menaces et intimidations, y compris l’abus de pouvoir
  • Actes délibérés qui interfèrent avec le travail de la victime

L’intimidation consiste à :

  • propager des rumeurs et des commérages;
  • faire des blagues ou des commentaires offensants, verbalement ou par écrit;
  • utiliser des insultes ou des dénigrements;
  • blâmer, gronder, critiquer et rabaisser;
  • exclure ou isoler;
  • intimider en se tenant trop près ou en faisant des gestes inappropriés;
  • faire des demandes déraisonnables, changer constamment les directives, fixer des délais impossibles et interférer avec le travail;
  • écarter les réalisations et voler le mérite des idées ou du travail;
  • discipliner ou brandir le spectre d’une perte d’emploi sans motif;
  • retenir sciemment de l’information ou donner des renseignements erronés;
  • supprimer un travail ou une responsabilité sans motif;
  • bloquer les demandes de formation, de congé ou de promotion;
  • utiliser un langage offensant ou crier et hurler;
  • harceler, espionner, traquer ou trafiquer les effets personnels et l’équipement;
  • maltraiter physiquement ou menacer de maltraiter.

L’intimidation ne consiste pas à :

  • appliquer les politiques et procédures du lieu de travail;
  • évaluer ou mesurer le rendement;
  • formuler des commentaires constructifs;
  • refuser des demandes de formation ou de congé avec une bonne raison;
  • discuter de mesures disciplinaires en privé;
  • congédier, suspendre, rétrograder ou réprimander pour un motif valable.

Qui sont les intimidateurs?

Les intimidateurs peuvent être des gestionnaires, des superviseurs, des collègues ou des clients.

Les gens intimident pour les raisons suivantes :

  • Écarter quelqu’un qu’ils considèrent comme une menace (la cible).
  • Faire avancer leur propre agenda aux dépens des autres.
  • Nier la responsabilité de leur propre comportement.
  • Masquer leur manque de confiance et leur faible estime de soi.

La cible de l’intimidateur est généralement une personne capable et dévouée; 80 % des cibles sont des femmes.

Quels sont les effets de l’intimidation en milieu de travail?

Les effets physiques de l’intimidation comprennent les suivants :

  • Perdre le sommeil ou dormir trop.
  • Manger trop ou trop peu.
  • Des symptômes comme des douleurs à l’estomac ou des maux de tête.
  • Une consommation accrue d’alcool ou de drogues.

Les effets psychologiques de l’intimidation comprennent les suivants :

  • Choc, colère, frustration, sentiment d’impuissance et de vulnérabilité
  • Perte de concentration, de confiance, de moral et de productivité
  • Tensions et stress familiaux
  • Panique ou anxiété, surtout à l’idée d’aller au travail
  • Dépression clinique ou pensées suicidaires

Comment savoir si vous êtes victime d’intimidation?

Si vous pouvez répondre « Oui » aux questions suivantes, vous pourriez être la cible d’un comportement d’intimidation :

  • La plupart des gens raisonnables considéreraient-ils le comportement comme inacceptable?
  • Consacrez-vous beaucoup de temps à défendre vos actions et à rechercher le soutien de vos collègues?

Que pouvez-vous faire si vous êtes victime d’intimidation?

De nombreux lieux de travail élaborent des politiques pour lutter contre l’intimidation. Si votre lieu de travail a une telle politique en place, suivez-la.

Sinon, les suggestions suivantes vous aideront à prendre des mesures :

  • Tenez un journal factuel des événements. Notez-y la date, l’heure, les témoins, ce qui s’est passé (avec le plus de détails possible) ainsi que le résultat. Consignez le nombre et la fréquence des événements pour prouver une tendance à l’intimidation.
  • Conservez des copies de l’ensemble des lettres, courriels, notes de service ou messages texte que vous recevez de l’intimidateur.
  • Conservez des copies des évaluations de rendement ou des références qui prouvent que vous pouvez effectuer votre travail. Continuez à effectuer votre travail au mieux de vos capacités.
  • Si vous vous sentez en sécurité, dites à l’intimidateur que le comportement est importun et non désiré :
    • Décrivez le comportement d’intimidation, expliquez pourquoi il est inacceptable et expliquez comment il vous affecte.
    • Concentrez-vous sur le problème et non sur la personne. Parlez à la première personne et décrivez le résultat : « J’ai l’impression que nos clients perdent confiance en mes capacités lorsque vous me critiquez devant eux. »
    • Dites fermement à l’intimidateur que vous voulez que le comportement cesse.
    • Si vous avez besoin d’aide pour effectuer cette étape, demandez à un témoin d’être présent lorsque vous confrontez l’intimidateur.

Si vous ne vous sentez pas à l’aise de parler à l’intimidateur en personne, écrivez-lui une lettre et envoyez-la par courrier recommandé ou par messagerie. Conservez le récépissé de livraison et une copie de la lettre.

  • Évitez de vous retrouver seul avec l’intimidateur. Lorsque vous communiquez avec cette personne, tenez-vous-en aux problèmes et restez aussi calme que possible. Éloignez-vous si l’intimidateur vous menace, vous réprimande ou vous rabaisse.
  • Demeurez en contact avec vos collègues et les autres. Ne laissez pas un intimidateur vous isoler.
  • Résistez à l’envie de riposter. Cela peut vous faire passer pour un intimidateur.

Que pouvez-vous faire si l’intimidation se poursuit?

Plusieurs options s’offrent à vous :

  • Discutez avec votre superviseur.
  • Si votre superviseur est l’intimidateur en question, parlez-en au responsable de votre superviseur.
  • Vous pouvez également trouver du soutien auprès du personnel des ressources humaines, de la personne désignée dans la politique sur le harcèlement de votre organisation ou de votre syndicat ou association professionnelle.

Présentez vos préoccupations de manière professionnelle et factuelle. Apportez votre dossier d’intimidation, y compris les noms de tous les témoins.

Quels sont vos droits légaux?

Si l’intimidation est axée sur le sexe, l’origine ethnique, le handicap, l’âge, la religion ou l’état matrimonial, vous pouvez être protégé en vertu de la loi sur les droits de la personne de l’Alberta (Alberta Human Rights Act). Consultez le site Web de la commission des droits de la personne de l’Alberta (Alberta Human Rights Commission) ou appelez la ligne de renseignements confidentielle de la Commission au :

  • 780-427-7661 (au nord de Red Deer)
  • 403-297-6571 (Red Deer et plus au sud)
  • Numéro sans frais 310-0000 – entrez le numéro à dix chiffres du bureau régional après l’invite.

Si l’intimidateur vous menace ou commet une agression physique, appelez la police.

Que faire si vous êtes témoin d’intimidation au travail?

Les intimidateurs prospèrent dans les milieux de travail dans lesquels les collègues pensent que le comportement d’intimidation ne les regarde pas. Cependant, l’intimidation touche tout le monde sur le lieu de travail, pas seulement la victime. Si vous êtes témoin d’intimidation au travail, suivez ces suggestions :

  • Si vous êtes témoin d’un acte d’intimidation en cours, rassemblez quelques collègues et tenez-vous bien en vue de l’intimidateur. Ce dernier sera conscient que vous êtes témoin du comportement et la victime se sentira soutenue.
  • Conservez des dossiers détaillés et factuels de tous les incidents d’intimidation dont vous êtes témoin.
  • Offrez votre soutien à la victime et encouragez-la à passer à l’action. Montrez à la victime cet article ou d’autres articles sur l’intimidation au travail.
  • Aidez la victime à se préparer à rencontrer l’intimidateur ou à lui écrire.
  • Accompagnez la victime pour rencontrer un superviseur ou parlez avec l’intimidateur de son comportement.

Vous pouvez contribuer à mettre fin à l’intimidation

L’intimidation au travail est un comportement nuisible que ni vous ni votre employeur ne pouvez vous permettre d’ignorer. Ne laissez pas un intimidateur au travail menacer votre santé ou votre carrière.

Was this page useful?
Top